Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Dalhias de toutes les sortes!

    a267f355c8405165fa79407a6dd40f81.jpg
    Deux dalhias bicolores, à ce jour ... Sur tout un sachet de graines, c'est pas terrible.
    Enlevez au fur et à mesure les fleurs défleuries : au lieu de s'épuiser à former des graines, la plante vous offrira de nouvelles fleurs.
    Le beau dalhia bicolore coupé pour offrir à Isabelle a déjà refleuri.

  • Cléome

     

    Les cléomes sont de très grandes annuelles, qui feront sensation au milieu des massifs!

    Ils sont roses ou blancs.

    J'avais récupéré mes premières graines dans des massifs plantés dans le centre-ville!

    Trois conseils pour leur culture :

    Semer tôt (février, chez moi) : ils mettent longtemps à démarrer.

    Ne semer que des graines de l'été précédent : leur pouvoir germinatif, passé ce délai, est quasi nul.

    Attention épines! Pensez aux gants pour les arracher en fin de saison :  En cas d'oubli, bonjour la loupe et la pince à épiler.

  • Pavot somnifère

     

    J'avais posté une demande d'identification sur http://www.aujardin.org/ pour ce qui s'est avéré un stachys. Me posais aussi des questions sur cette fleur-ci, venue de nulle part ...

    Le message publié juste après le mien en demandait l'identification. Incroyable!

    Il s'agit donc d'un pavot somnifère ou pavot à fleur de pivoine. Espèce annuelle, sans doute, qui s'est semée spontanément.

    Le voici maintenant fleuri :

     

    La couleur n'est pas terrible, je trouve ... Peutêtre que s'il s'était semé dans un endroit plus judicieux, avec d'autres fleurs aux couleurs plus soutenues. ..

    Et puis, toute cette pluie, ça n'arrange rien, pour les photos.

    La fleur est tellement lourde que la tige a plié, et j'ai dû la soutenir avec un tuteur de fortune.

  • Les jeunes groseillers

    Comme mon déjà très gros groseiller rouge s'est marcotté à plusieurs endroits, j'ai plusieurs petits groseillers que je compte déterrer.

     53d412d1c74d391f648caedb675f2a91.jpg

    Des amateurs ?

  • la taille du groseiller

    J'ai appris quelque chose.

    Notre jardin comporte un beau groseiller, qui a l'air d'avoir déjà quelques années de route et ne porte pas beaucoup cet été.

    Il est très haut (1m70) et très étalé : sans doute plus de 5 mètres carrés au sol.

    42f202884fc36950cbf59edf0a11771a.jpg

    Cliquez sur l'image pour l'afficher en grand

    Les nouvelles pousses sont bien droites et vigoureuses. Les plus anciennes, celles qui produisent des fruits, s'affaissent. Plusieurs sont carrément couchées sur le sol et se marcottent*.

    J'ai donc maintenant, en plus du groseiller, des petits. Que je vais déterrer. S'agit pas d'avoir un massif entier de groseillers rouges.

    Bonbonne (c'est pas ma grand-mère, mais la collègue qui, vous l'aurez deviné, totalise le plus d'années au compteur dans notre équipe. Hihi. Salut Bobonne!) m'a dit que les groseillers, ça se taillait et que je ne devais pas hésiter à raccourcir méchamment les branches : elles porteront plus l'année prochaine.

    Et bien : j'essaierai dès cet automne!

    J'ai trouvé des indications très claires ici : http://www.fruitenbec.com/fruits/groseilles/entretiengr.html

    En résumé : enlever des jeunes rameaux s'il y en a trop et supprimer les branches de plus de trois ans. Va falloir que je soumette le groseiller à la question pour qu'il me dise l'âge de chacune de ses branches ;-)

    La taille se fait à l'automne.

    * Marcotter : coucher une branche (non séparée de la plante mère) sur le sol, de manière à lui faire produire des racines et donc un nouvel individu. Lorsque ce dernier est bien enraciné, on le sépare en coupant la branche.

    Ca marche sans intervention humaine avec le groseiller du jardin de Joëlle.

    Avec l'aide du jardinier pour d'autres arbustes. J'ai marcotté un pied de lavande dégarni l'été dernier. C'est lent, mais lent ... mais je commence à voir des racines.

  • Tradescantia virginica

    Isabelle en a une, mais ne connaît pas son nom.

    Joëlle n'en a pas, mais connaît son nom (croit connaître)

    Nathalie en a, ne connaît pas son nom et ... ne sait pas qu'elle en a.

    C'est quoi ?

    34e2aedc6af76b9dd3d62503144f163a.jpg
    Tradescantia virginica
    C'est ça, Isa ?
  • Punaises


      

    Les punaises ne passent pas inaperçues : en plus d'être rouges, elles sont grégaires.

    On les retrouve dans le tas de bois coupé où elles naissent, puis dans un coin ou l'autre du jardin, toujours en groupe. Ici dans le sédum.

    J'ai l'impresion de les entendre râler quand j'arrache la mauvaise herbe qui leur servait d'abri, les obligeant à se déplacer.

  • Montage de photos avec Photoshop (1)

    Quand j'ai commencé ce blog, j'ai voulu faire quelques montages simples de photos.

    Très difficile de trouver des directives détaillées sur le Net ("Photoshop pour les nuls" ;-) pour assembler des photos avec photoshop ou pour faire des mosaïques, ce genre de choses. Beaucoup d'internautes semblent à la recherche des mêmes explications et ont pour toute réponse, d'infographistes sans doute, "t'as qu'à les assembler dans Photoshop ou dans The Gimp". Ouais, dit comme ça, c'est évident, mais comment ???

    J'ai dû me résoudre à plonger dans un manuel (papier) gentiment prêté par une collègue.

    Voici le genre de chose que je voulais faire pour commencer : assembler deux images en une pour faire un "avant-après".

    1237aa29852ef541c4dfe5973a24bc57.jpg

    En résumé, il faut :

    • Créer une image vide (l'arrière-plan)
    • Adapter l'image "bouton" et l'image "fleur" pour les disposer sur l'arrière-plan.

    C'est le principe des "calques" de Photoshop : ici, trois calques différents que l'on superpose, comme si on recouvrait la page de départ de deux feuilles transparentes, chacune avec une photo.

    Et quand on a compris ça, tout le reste coule de source (ou presque).

    1. J'adapte les deux images déjà créées.

    • J'ouvre l'image "bouton" dans Photoshop;
    • Je la redimensionne : J'ouvre le menu déroulant "Image" > redimensionner.
    • Je choisis une largeur : 709 pixels, soit 6 centimètres. Comme largeur et hauteur sont liées, Photoshop redimensionne automatiquement la hauteur à 783 pixels.
    • Je l'enregistre (je travaille toujours sur une copie)

     

    • J'ouvre l'image "fleur";
    • Je la redimensionne, en lui donnant la même largeur que l'autre image. Pas grave si elles n'ont pas la même hauteur.
    • Je l'enregistre.

     

    2. Je crée l'image (vierge) d'arrière-plan.

    • Fichier > nouvelle image.
    • Lui donner comme dimensions :
      • en largeur : le double de la dimension des images "bouton" et "fleur", soit : 1 420 pixels.
      • en hauteur : la hauteur de la plus haute des deux images : 783 pixels.
    • J'enregistre cette nouvelle image en la nommant "dalhia-complet", par exemple.
    • Vous voyez que dans le petit menu "calques", qui s'affiche, cette image figure comme "arrière-plan", par défaut.

    (Si vous ne voyez pas ce menu, faites-le apparaître en appuyant sur F7)

     

    3. Il faut maintenant créer deux calques pour cette image d'arrière-plan, dans lesquelles je copierai les images "bouton" et "fleur".

    • Dans le menu "calques", je clique sur "nouveau calque" (avant-dernière icone en bas). Je fais un clic droit et je le nomme "bouton". J'en change aussi la couleur, c'est plus clair. Vert pour le bouton.
    • Je crée un troisième calque, que je nomme "fleur", et je le mets en rouge.

    Vous devez avoir quelque chose qui ressemble à ceci :

     

    • Je retourne à mon image "bouton". Ctrl + A (pour sélectionner toute l'image) Ctrl+C (pour copier).
    • Je reviens à "dalhia complet". Je clique sur le calque "bouton". Ctrl+V (pour coller). L'image du bouton doit maintenant s'afficher en vignette pour ce calque.
    • Je retourne à l'image "fleur". Ctrl + A puis Ctrl+C.
    • Je reviens à "dalhia complet". Je clique sur le calque "image". Ctrl+V.

     

    4. Il faut à présent disposer les calques vert et rouge sur le calque d'arrière plan.

    • Je clique sur le calque "bouton".
    • Je choisis l'outil "déplacer". Je positionne le calque à gauche sur l'arrière-plan.
    • Je clique sur le calque "fleur". Je le positionne à droite.
    • J'enregistre.
    • Si nécessaire, je rogne l'image, en choisissant l'outil "rogner", pour faire disparaître les zones de "blanc" autour de l'assemblage final.

    Et c'est tout!

    Si ceci vous a aidé, n'hésitez pas à laisser un commentaire.

    Si ça ne vous a pas aidé, aussi, d'ailleurs.

  • la mouche de la cerise (2)

    Passé un bon moment à couper les cerises.

    Pas de chance : malgré leur bel aspect, elles étaient toutes infestées par un ver. Et sont pourries en 24 heures.

    Il ne sert donc à rien de croiser les doigts en espérant que les parasites les aient ignorées. Il faut agir!

    Mettre à l'agenda, suffisamment tôt, l'année prochaine, l'achat et le placement d'appats pour les mouches.

    Je n'ai aucune idée de leur efficacité. Mais ça ne peut être pire que ne rien faire.

     

  • C'est quoi ça ?

     



    Qui peut me dire ce qu'est cette plante, qui se ressème allégrement et me gratifie de ses petites fleurs roses ?


    Pour le gagnant, une très jolie et robuste langue de belle-mère.

    Pas le temps de publier la note que l'excellent (et très rapide!) forum de http://www.aujardin.org/ me fournit la réponse :

    C'est un stachys. Je ne connaissais que le stachys lanata.d6efb3b98a33781b6297b3c2966f6737.jpg

     

     J'en avais un pied dans mon jardin précédent. C'est un excellent couvre sol, qui s'étend assez vite.

    J'hésite à en réintroduire maintenant : je n'aime pas tellement les feuillages gris. Envie de vert bien vert.

    Ma variété est assez proche des photos de stachys monieri hummelo trouvées via google. Contrairement au stachys lanata,  celle-ci pousse plus "en boule", et fait un très joli coussin arrondi et bien vert, avant que les fleurs ne se développent. 

     

  • Dalhias

     

    J'aime tellement les dalhias et il y a tellement de temps que j'attends d'en avoir que j'en ai semé deux paquets. Ca en fait des dizaines ...

     

    Il y en a partout. Mais seuls deux massifs ont été suffisamment protégés des limaces. Les autres ont péri ou ont beaucoup de mal a reprendre des forces pour faire des feuilles et des fleurs...

    J'avais acheté deux sachets de graines : un de dalhias nains courants ; l'autre de dalhias bicolores.

    J'ai jeté les sachets, dommage : je n'ai plus le nom du producteur ni les variétés.

    Je ne peux alors plus déconseiller à personne d'investir dans la variété bicolore : je les avais mélangées aux autres lors du semis et je ne sais pas combien avaient germé au juste. Une chose est sûre : un seul dalhia fleurit! Quelle déception ...

       

  • "Mais ça cohabite les poissons et les autres espèces"

    ... me dit beau-frère : "Dans ma mare il y a des poissons et des crapauds, pas de problème". "Pourquoi tu recommandes de ne pas mettre de poissons ?"

    Les espèces indigènes cohabitent évidemment ...

    Le tout est de voir le nombre d'individus et l'étendue du bazar.

    Imaginez un lion et deux gazelles dans une cage du zoo ...

    Ou trois lions et 250 gazelles dans une réserve naturelle de 10.000km2.

    Ca me rappelle un amusant échange de messages sur un forum dédié aux mares :

    JR signale que, dans la mare, "la cohabitation entre les tritons - très gloutons -  et les grenouilles est difficile, les premiers mangeant les oeufs des seconds". Il recommande de ne pas mélanger les deux.

    MB -habitué du forum et defenseur de l'équilibre naturel- s'énerve et lui répond que "la nature est bien faite et que, évidemment, ils cohabitent! Mais pas avec des crocodiles ou des grenouilles taureau".

    [La grenouille taureau est une espèce de grenouille originaire de Floride, introduite par un particulier en France. Elle peut peser jusqu'à 2 kg, mesurer 40 cm et avaler un petit alligator ou un martin-pêcheur. Tuée par les alligators adultes là-bas, elle ne connaît pas de prédateur ici. Sauf les pièges, les décharges électriques et les carabines, semble-t-il]